Des dents malades peuvent entraîner ou aggraver certaines maladies systémiques. Inversement, certaines maladies générales peuvent influer sur la santé des dents et des gencives.
Il faut être vigilant, ce sont des facteurs à prendre en compte, d’autant plus qu’ils s’ajoutent aux facteurs de risque connus : plaque dentaire, stress, tabagisme.

 

Diabète, caries et maladie parodontale :

Le diabète se caractérise par une augmentation de la concentration de sucre dans le sang. Cette hyperglycémie est provoquée par une insuffisance de sécrétion d’insuline (type 1) ou par une altération de l’action de l’insuline (type 2).

Le patient diabétique développe très souvent des manifestations buccales, et cela pour plusieurs raisons :

- L’hyperglycémie contribue à l’augmentation de la concentration de glucose dans la salive, ce qui a pour conséquence de favoriser la prolifération bactérienne et l’inflammation buccale.
On note une dégradation importante des tissus conjonctifs et un accroissement des lésions parodontales.
- Le diabétique a une mauvaise cicatrisation, ceci amplifie les lésions conjonctives.
Le taux de gingivites et de parodontites est beaucoup plus élevé chez les diabétiques que chez le sujet en bonne santé. La parodontite est une des complications buccales majeures de la maladie.
- Le patient diabétique présente une diminution du flux salivaire, une hypertrophie des glandes salivaires (les parotides). C’est la salive qui habituellement permet une bonne oxygénation de la cavité buccale, et qui permet d’obtenir un équilibre bactérien en bouche. On note chez le patient diabétique une mauvaise oxygénation de la cavité buccale et une accumulation de plaque dentaire.
La sécheresse buccale favorise le développement des caries, des parodontites et les candidoses buccales.
Le manque d’oxygène dans la cavité buccale, favorise aussi la prolifération des bactéries anaérobies responsables de l’halitose.


Vous êtes diabétique :

Il est primordial que votre diabète soit équilibré.
Consultez très régulièrement votre chirurgien dentiste. Il préviendra et réduira le risque infectieux inhérent à votre maladie.

Votre praticien mettra en place avec vous une prophylaxie individualisée :
- Brossage biquotidien des dents et des gencives
- Utilisations du fil dentaire,
- Utilisation des brossettes inter dentaires.

Votre praticien vous conseillera le dentifrice le mieux adapté à vos problèmes de gencives.
Vous devez avoir une hygiène buccale très rigoureuse. Il faut lutter contre la plaque dentaire et l’inflammation gingivale.
Si, malgré les conseils de votre chirurgien dentiste, vos gencives saignent toujours au brossage, n’hésitez pas à le consulter à nouveau.
Il ne faut pas banaliser le saignement des gencives, c’est le premier signe de la maladie parodontale.

Cette prévention permettra de ralentir la progression de la maladie parodontale.

 

 

Inflammation gingivale et maladies cardiovasculaires

La formation de plaque dentaire est à lorigine de la carie et de linflammation des tissus parodontaux. Si on laisse la plaque dentaire sinstaller, on voit se créer des poches parodontales qui agrandissent les espaces inter dentaires. Ces espaces plus importants favorisent une prolifération bactérienne encore plus importante, avec des micros ulcérations des tissus.
On sait maintenant que cela favorise les infections à distance. Les bactéries ont la capacité de migrer en passant par la circulation générale.
Cest ainsi quil peut exister des risques de dermatite, uvéite, rhumatismes articulaires et des risques cardiovasculaires.

Quel est le rapport entre maladie parodontale et infection cardiovasculaire ?

Lépaississement et le durcissement des artères provoqués par la formation de la plaque dathérome sont une des causes de la maladie cardiovasculaire.
Cest une maladie inflammatoire, en regard de laquelle une lésion entraîne un processus inflammatoire.

Des études montrent que :

  • certaines bactéries présentes dans les affections bucco-dentaires se retrouvent dans les plaques dathérome
  • les patients présentant des maladies parodontales importantes présentent des risques plus important de voir sétendre leurs plaques dathérome
Il a été prouvé que :
  • les bactéries libérées à partir des foyers infectieux bucco-dentaires, de par leur fixation sur la paroi des artères de lorganisme, et les molécules impliquées dans linflammation chronique(protéine C réactive) favorisent, en déstabilisant la plaque dathérome, la survenue des complications de lathérosclérose, la plus grave étant lobstruction totale de lartère
Ce lien entre processus inflammatoire et athérosclérose peut vouloir dire que les infections buccales et parodontales peuvent avoir un rôle dans les maladies cardiovasculaires.

 

Comment prévenir ?

Il faut avoir une hygiène buccale rigoureuse et consulter son chirurgien dentiste très régulièrement.
Les mesures dhygiène bucco-dentaire sont très importantes. Il est nécessaire dapprendre à maîtriser la formation de plaque dentaire.
Il faut :

  • un brossage des dents après chaque repas, pendant 3 minutes
  • un nettoyage des espaces inter dentaires
  • deux visites par an chez votre chirurgien dentiste


La maladie parodontale et les inflammations bucco-dentaires évoluent souvent insidieusement au fil des années. Il y a donc une inflammation chronique qui peut activer un processus inflammatoire à distance.

 

 

Inflammation bucco-dentaire et maladies respiratoires

La cavité buccale héberge un grand nombre de bactéries. Quand l’équilibre n’est pas rompu,
Elles ne sont pas pathogènes, et ne provoquent pas d’infections.
Mais les bactéries buccales peuvent favoriser, sur des patients à risque, le développement de colonies bactériennes actives au niveau des poumons.
Pendant très longtemps,  nous avons pensé que le tabac, l’âge et un déficit immunitaire constituaient les facteurs de risque des maladies pulmonaires. Mais nous savons maintenant qu’il existe une relation entre les bactéries buccales et le risque de maladie respiratoire.
La maladie parodontale peut être aussi un important facteur de risque, qui augmente le risque d'infections respiratoires et qui peut aggraver des maladies respiratoires comme la pneumonie, la bronchite, l'emphysème et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (B.P.C.O.).

 

Comment agissent les bactéries buccales ?

Lorsqu’il y a une maladie parodontale, il y a tout d’abord inflammation de la gencive, puis perte de l’attache de la dent. Ensuite apparaît un abcès ou une infection locale autour de la dent.
Les bactéries buccales peuvent pénétrer dans le sang et infecter l'organisme.
Les germes atteignent les voies respiratoires inférieures, peuvent se propager aux poumons et causer des maladies telles que la pneumonie, particulièrement chez les personnes ayant des maladies des gencives.
Ces germes causent des infections ou aggravent des maladies pulmonaires déjà installées.

Les infections respiratoires bactériennes sont causées par l'aspiration ou l'inhalation, dans les poumons, de germes présents dans la bouche et la gorge.
Les organismes vivant dans la plaque dentaire se répandent dans la salive et de petites particules peuvent être aspirées dans les poumons. En principe les poumons ont un bon mécanisme de défense, sauf si on présente une fragilité à un moment donné.

Une mauvaise hygiène buccale entraîne une augmentation de la plaque dentaire. La prolifération bactérienne est très importante.
Les enzymes associées aux parodontites et présentes dans la salive ont une action sur le mucus, qu’elles peuvent altérer et ainsi favoriser l'adhésion des germes pathogènes.

 

Comment s’en préserver ?

Il faut avoir une hygiène bucco-dentaire rigoureuse :
- Se brosser les dents et les gencives avec un dentifrice anti bactérien.
- Se brosser la langue, parce que sur la langue s’accumulent de nombreuses bactéries.
- Utiliser du fil dentaire et des brossettes inter dentaires.
- Les porteurs de prothèse, doivent brosser leurs prothèses matin et soir.

Faites contrôler vos dents et vos gencives deux fois par an par votre chirurgien dentiste.
En cas de fragilité pulmonaire, n’hésitez pas à faire un contrôle tous les trois mois.